<html><head>
<meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=ISO-8859-1"></head><body
 bgcolor="#FFFFFF" text="#000000">
  <p><span style="font-size: 12pt;">Appel à contributions pour un numéro
 thématique de la revue Réseaux </span><br>
  </p>




  <div dir="ltr">

<p class="p1"><span class="s1"><b>Etudier le Web Politique au prisme de 
la science des données : des croisements disciplinaires aux 
renouvellements épistémologiques </b></span></p>
<p class="p1"><span class="s1">Julien Boyadjian, Aurélie Olivesi et 
Julien Velcin (coordinateurs)</span></p>

<p class="p1"><span class="s1">Dans une période dite de « crise » et de «
 transformation » de la participation politique, le Web, notamment dans 
son usage <span __postbox-detected-content="__postbox-detected-date" 
class="__postbox-detected-content __postbox-detected-date" 
style="display: inline; font-size: inherit; padding: 0pt;">2.0,</span>
 offre aux citoyens et aux acteurs politiques de nouvelles possibilités 
d’action et d’expression,
 et ce à une échelle totalement inédite. Cependant, l’analyse de ces 
dispositifs numériques outrepasse souvent les capacités de traitement 
des méthodes « traditionnelles » des sciences sociales, ne serait-ce 
qu’en termes de volumes de données. Parallèlement,
 les développements récents de la science des données – qui se donne 
pour objectif d’extraire l’information utile des grandes bases de 
données numériques en suivant un processus hérité de la fouille des 
données (extraction, stockage et indexation, analyse et
 catégorisation, visualisation) – ont permis une meilleure appréhension 
des terrains numériques. En fournissant des outils partiellement ou 
totalement automatisés de collecte et d’analyse des corpus du Web, la 
science des données apporte une aide précieuse
 aux chercheurs en sciences sociales. Et par leur retour d’expérience et
 leurs usages critiques de ces outils, les chercheurs en SHS peuvent 
contribuer à enrichir les algorithmes et les outils proposés par la 
science des données. C’est donc précisément à l’influence
 croisée de la science des données et des sciences sociales du politique
 que souhaite s’attacher ce numéro. Au-delà du renouvellement évident 
des méthodologies de recherche, il s’agira d’interroger dans quelle 
mesure les outils épistémologiques issus de la
 science des données sont susceptibles d’enrichir l’étude des 
problématiques propres au Web politique. Le dossier privilégiera les 
travaux menés conjointement par des chercheurs spécialisés en 
informatique et en sciences humaines et sociales et portant sur
 les adaptations épistémologiques réciproques nécessaires qui 
constituent aujourd’hui un élément clef de l’analyse politique.</span></p>
<p class="p1"><span class="s1"> J. Boyadjian : ATER en Sciences 
Politiques, Université de Montpellier, CEPEL</span></p>
<p class="p1"><span class="s1">A. Olivesi : Maître de conférences en 
Sciences de l’Information et de la Communication, Lyon 1, ELICO</span></p>
<p class="p1"><span class="s1">J. Velcin : Maître de conférences en 
Informatique, Lyon 2, ERIC</span></p>
<p class="p1"><span class="s1"><br>
Les V1 des textes sont à adresser à : <a 
href="mailto:aurelie.bur@enpc.fr">
<span class="s2"></span></a><a 
__postbox-detected-content="__postbox-detected-email" 
class="__postbox-detected-content __postbox-detected-email" 
href="mailto:aurelie.bur@enpc.fr">aurelie.bur@enpc.fr</a></span>, avant 
le 31 décembre 2016. </p>

<p class="p2"><span class="s1"> </span><span class="s3">Plus 
d’informations sur la revue Réseaux : <a 
href="http://revue-reseaux.univ-paris-est.fr/fr/index.html">
<span class="s4"></span></a><a 
__postbox-detected-content="__postbox-detected-link" 
class="__postbox-detected-content __postbox-detected-link" 
href="http://revue-reseaux.univ-paris-est.fr/fr/index.html">http://revue-reseaux.univ-paris-est.fr/fr/index.html</a></span></p>
  </div>



</body>
</html>